Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Négociation moyens de remplacement

Lors de la présentation de la seconde version du projet d’accord, après les bilatérales de l’été, la CFDT a fait le constat d’un texte affligeant : pauvre en vraies propositions et vague en engagements.
Le dialogue social sur ce sujet se trouve au bord de la rupture !

ORANGE - TRANSFORMATIONS LIEÉS AU NUMÉRIQUE : ENFIN DES GARANTIES POUR LES SALARIÉS GRACE A UN 1er ACCORD!

La CFDT a signé le premier accord encadrant les évolutions du Numérique dans le Groupe Orange, avec 2 autres organisations syndicales (soit une représentativité de 58,5% dans le Groupe Orange).

Après une première négociation qui n’avait pas pu aboutir avant l’été, cet accord apporte enfin les premières mesures d’accompagnement des évolutions du Numérique et de protection des salariés dans les usages (tant attendues dans le Groupe de plus de 100 000 salariés en France).

évolutions liées au Numérique

Souvent sous la dénomination « Digital », ou plus médiatiquement « Ubérisation », le numérique et ses évolutions sont apparus comme une mutation majeure dans nos environnements personnels et professionnels.

La CFDT est depuis bien longtemps consciente que cette « transformation » s’impose de fait de plus en plus aux entreprises par les nouveaux modes de consommation et d’échanges (réseaux sociaux) des clients et des salariés : elle engage toute l’organisation de l’entreprise depuis la relation clients ou fournisseurs jusqu’aux processus internes, en passant par les modes de collaboration des salariés

et leur environnement de travail. La numérisation de l’économie et la transformation numérique des entreprises

ne sont pas qu’un « simple » nouveau changement de nos « traditionnelles » organisations.

Nous sommes très certainement au début d’une période de transition, et pour la CFDT ces évolutions liées aux usages du numérique posent actuellement autant de questions qu’elles apportent de solutions novatrices.

Un accord à Orange pour quoi faire ?

Pour la CFDT, il aurait été à contre-courant de ne pas porter un regard sur la question de la transformation par le numérique et la façon dont cela concerne les salariés (formation, accompagnement aux usages, droit à la déconnexion, données

personnelles…).

Croiser la volonté de l’entreprise Orange d’être « digitale » avec des modalités d’accompagnement (dans un accord) pour les salariés dans le domaine de la qualité de vie au travail, est d’autant plus nécessaire que le Groupe Orange est le premier employeur du numérique et porte l’ambition du numérique dans ses engagements clients !

Il est à noter qu’il n’y a pas à Orange d’accord estampillé « Qualité de Vie au Travail» en tant que tel (même si depuis les accords dits « sociaux » de 2010, c’est bien la mise en oeuvre d’une démarche QVT qui ne dit pas son nom et se traduit dans le

dialogue social à Orange) : avec le récent accord de « Méthodologie d’évaluation de la charge de travail » (signé également par la CFDT fin juin 2016), cette négociation a été pour la CFDT une opportunité de parler du travail et de son organisation en lien avec le numérique, ainsi que des équilibres « Vie Professionnelle / Vie Personnelle », avec entre autres la question du droit à la déconnexion. La mise

en oeuvre de cet accord permettra aux militants CFDT d’Orange de s’en saisir et d’accompagner les salariés dans son application locale.

Quel cadre pour cet accord ?

Il n’y avait bien entendu pas d’intérêt à négocier sur les aspects réglementaires et législatifs (existant ou à venir) en lien avec le numérique, et encore moins sur ce que sont les responsabilités de l’entreprise, mais pour la CFDT un accord entre le Groupe Orange et les organisations syndicales trouve tout son sens sur les questions :

  • De protection des salariés.
  • D’accompagnement des salariés aux usages.
  • De la place du management dans la transformation liée au numérique.

Pour la CFDT, l’accord apporte donc de premières modalités pour la protection et l’accompagnement des salarié.e.s, et commence à encadrer l’exploitation de leurs données (rien n’existait jusqu’à présent !).

L’entreprise Orange confirme dans cet accord son engagement de continuer à travailler de façon permanente avec les organisations syndicales dans un Conseil National des transformations numériques (durant toute la durée de l’accord) sur les évolutions du Numérique à venir. C’est une disposition fondamentalement importante puisque nous ne pouvons mesurer aujourd’hui que les impacts connus et les risques encourus en fonction de ceux-ci, dans un champ qui évolue très rapidement.

La CFDT est le syndicat français le plus implanté dans les entreprises, les administrations. C’est le premier syndicat du secteur des Télécoms en France et également pour le Groupe Orange (98 000 salariés). à Orange SA (maison mère), ce sont plus de 1500 hommes et femmes engagés avec la CFDT pour représenter les salariés, au sein d’une organisation syndicale arrivée 1ère aux élections professionnelles de novembre 2014 (et également première organisation syndicale chez les cadres).

FONPEPS

Lundi 19 septembre 2016 au ministère de la Culture et de la Communication, la ministre du Travail Myriam El Khomri et la ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay ont présenté le FONPEPS qui permettra d’allonger la durée des contrats et soutenir l’accès à l’emploi des professionnels du spectacle. 

Myriam El Khomri a remercié les partenaires sociaux et rappelé les temps forts qui ont permis d’aboutir à ce fonds pour l’emploi : la loi sur le dialogue social en août 2015 avec l’inscription du régime spécifique des annexes VIII et X dans la loi, puis la conférence pour l’emploi dans le spectacle en octobre 2015 qui aboutit à un plan avec 14 propositions. Le FONPEPS est, pour elle, le résultat du dialogue social.

La ministre de la culture a souligné les travaux du ministère du travail et félicité les partenaires sociaux. Elle a évoqué une phase de sécurisation qui précèdera une phase de développement de l’emploi durable dans le spectacle. Elle est aussi revenue sur l’accord du 28 avril dont la mesure majeure est le retour aux 507 heures sur 12 mois. Ce fonds est, pour elle, le fruit des concertations du Conseil national des professions du spectacle (CNPS). Il y aura environ 10 000 bénéficiaires de ce Fonds par année. La mise en place des premières mesures se fera avant la fin du mois d’octobre 2016.

Il est prévu une réunion du CNPS (au sein duquel siège la CFDT) en janvier 2017, pour faire un premier point d’étape sur la mise en œuvre du FONPEPS.

DDCE : COMMISSIONNEMENT ET PART VARIABLE

Dès le début du projet « horizon Business 2020 », les postier.e.s de la filière commerciale, ont pu constater que la CFDT s’implique pour obtenir des avancées significatives pour tous.
Le constat de la CFDT

  • Difficulté de s’approprier des règles de commissionnement compliquées et qui changent tous les ans ;
  • Un dispositif ne favorisant pas le travail en équipe entre Responsables Client Entreprise (RCE) et Responsables Développement Solutions « Marché » (RDS) (ex : attribution du Chiffre d’affaires au RCE ou RDS ?) ;
  • Des enveloppes financières globales peu motivantes en raison d’objectifs "qualitatifs" et "quantitatifs" difficilement atteignables à 100% ;
  • Opacité de la part variable individuelle (attribution et règles de calcul), pour les agents "non commissionnés".

Les facteurs ne sont pas des commerciaux (suite)!

La CFDT interpelle depuis de nombreux mois la BSCC contre l’objectivation individuelle à la vente des facteurs. Dans certains établissements, les facteurs et leurs encadrants se voient imposer des objectifs de vente pouvant même être revus à la hausse chaque année.

Parlons travail

La CFDT lance la plus grande enquête jamais réalisée sur le travail

par Claire Nillus

Il occupe un tiers de nos vies mais qui sait ce qu’il signifie pour chacun de nous et comment nous le vivons ?
Pour le savoir, la CFDT lance la plus grande enquête interactive sur le travail jamais réalisée en France. L’objectif : collecter des milliers de réponses afin de redonner de la voix aux travailleurs dans le débat public.

L’enquête accessible sur parlonstravail.fr, c’est un questionnaire en ligne ouvert à tous ceux qui ont un avis sur le travail : salariés du privé ou de la fonction publique, intérimaires, autoentrepreneurs, étudiants, stagiaires, demandeurs d’emploi, retraités... Pour participer, il suffit de se connecter au site grâce à un ordinateur, une tablette ou un smartphone, et de répondre au questionnaire ludique et accessible. Le dispositif a pour objectif de collecter jusqu’en janvier 2017 des millions de réponses sur le thème du travail. Comment est-il ressenti, voulu, investi ? A-t-il du sens et si oui, lequel ? Que met-il en jeu individuellement et collectivement ? Quel est son impact sur la santé des personnes ? Leur vie privée ?

Lire l'article complet

ORANGE - PRET TRAVAUX 10 000 € POUR TOUS DES LE 1er OCTOBRE 2016

 

La possibilité d’obtenir un prêt « travaux » est ouverte à tous les salariés y compris ceux dont les revenus dépassent les plafonds PLI*.

Il est possible de cumuler, simultanément, un prêt « travaux » :

  • avec un prêt « travaux » accordé antérieurement et non complètement remboursé (en respectant le nouveau plafond de 10000 euros)
  •  avec un prêt « accession » en cours d'amortissement

Quels types de travaux ?

  • prêt d'amélioration et embellissement (y compris pour les travaux de copropriété votés en Assemblée Générale)
  • prêt d'amélioration de la performance énergétique
  • prêt agrandissement
  • prêt pour adaptation du logement aux personnes handicapées
  • prêt copropriétés dégradées

Rappel :

Pour obtenir les informations nécessaires à la constitution d’un dossier de demande de prêt, il faut vous adresser exclusivement à la Mutuelle Générale. Celle-ci est chargée d’instruire le dossier (respect de la réglementation, conformité des pièces justificatives…).

Mode opératoire : vous devez solliciter un dossier auprès de la Mutuelle Générale (que vous soyez ou non adhérent). Les coordonnées de la Mutuelle Générale sont disponibles sur www.e-logis.fr

Saisir comme identifiant : orangelogement mot de passe : 072013 choisir l'onglet : "TRAVAUX"

Le déblocage des fonds relève d’Astria en concertation avec le service du Logement Social de l’entreprise. Les fonds sont versés soit à l'ordre de l'entreprise effectuant les travaux, soit à l'ordre de l'emprunteur, sur présentation des factures originales à payer ou payées depuis moins de trois mois.

La CFDT lance une enquête sur les conditions de logement des salariés et des retraités. Cette enquête est accessible depuis les postes de travail d’Orange et ne prend que 2 minutes. Notre action revendicative sur le logement en intègrera les résultats. Pour répondre au questionnaire, veuillez cliquer sur le lien suivant : (ou le copier dans votre navigateur)

http://cfdt.net-survey.eu/logement/

Contacter vos militants CFDT.

TELEPERFORMANCE - PV D'ACCORD SUR LA RÉMUNÉRATION 2016 - LA CFDT NE SIGNE PAS !

 

POURQUOI LA CFDT NE SIGNE PAS ?

Aucun effort de la Direction pour revaloriser les salaires de base.

En avril 2016, seules la CFDT et FO ont signé l’accord de revalorisation de la grille des prestataires de services dans le domaine du secteur tertiaire (calculez votre nouveau salaire avec la grille au dos !).

La Direction ne doit pas se retrancher derrière la signature de la CFDT à la branche, pour ne pas augmenter les salaires de base.

En négociation, la CFDT avait demandé une rétroactivité de cette augmentation à partir du mois d’avril :

REFUS DE LA DIRECTION

La direction a fait le choix de ne pas faire d’augmentation générale mais d’allouer une enveloppe individuelle. La CFDT n'est pas favorable aux augmentations individuelles car jamais persuadée que ces enveloppes seront objectivement distribuées !

EN RÉSUMÉ…

Si la CFDT n’avait pas signé l’accord de branche sur la revalorisation de la grille, les salarié-es de Teleperformance n’auraient rien une fois de plus.

Fin septembre la direction doit appliquer ces augmentations !

Certes, cela est peu, comparé à la stagnation de nos salaires depuis des années, mais pour une fois cela augmente !

Grâce à la CFDT, la différence entre les coefficients existe et l’ancienneté est de nouveau reconnue par le salaire !

L’ENTREPRISE DOIT RECONNAÎTRE LES EFFORTS

DE CHACUN ET LE TRAVAIL DE TOUS !!!

Le CDD spécifique dans le Sport : un nouveau contrat de travail au service du dialogue social

La CFDT, FO et la CFTC, organisations de salariés, et le CNEA, organisation d’employeurs de la branche du Sport, ont signé jeudi 15 septembre un avenant d’intégration des dispositions de la loi du 27 novembre 2015, qui vise à protéger juridiquement et socialement les sportifs et entraîneurs professionnels. 

Cet avenant est l’aboutissement de plus de 6 mois de travaux et de négociations.

Les avancées majeures et structurantes de l’avenant : 

- A moyen terme, tous les sports collectifs féminins d’élite seront régis par un accord sectoriel puisqu’à ce jour, seuls les sports masculins de Football, Rugby, Basket-Ball, Handball et Cyclisme sont régis par des accords collectifs spécifiques. Cela permettra notamment de concourir à l’égalité homme-femme.

- Les Fédérations sportives et les Ligues professionnelles sont désormais seules à définir les clubs employeurs relevant du chapitre 12 dédié au Sport professionnel. Cette compétence demandée par le mouvement sportif depuis 2005 est octroyée par les partenaires sociaux, en vertu du rôle de régulateur et de sécurisation des compétitions sportives qu’il organise, et que lui confère le Code du Sport.

- L’activité principale des entraîneurs détermine et sécurise le recours au CDD Spécifique, tout en l’adaptant à la diversité économique et à la structuration des employeurs du Sport.

- Le principe du dialogue social disciplinaire est confirmé en tant que dialogue social le plus pertinent pour accompagner la structuration et le développement du Sport professionnel. La reconnaissance et l’autonomie des 7 accords collectifs négociés dans le Football, Rugby, Basket-Ball, Handball et Cyclisme masculins sont réaffirmées.

Dans cette négociation, la CFDT s’est efforcée de sécuriser le recours au CDD Spécifique, afin d’éviter les contentieux liés au travail dissimulé et à la requalification de contrat travail, conduisant souvent à des difficultés financières, pouvant aller jusqu’à la liquidation judiciaire et la disparition territoriale de l’offre sportive ; tout en prenant en compte l’économie, l’activité et le cadre d’exercice des différentes disciplines sportives. De plus, par cette signature, la CFDT réaffirme un principe élémentaire : c’est à la convention collective de traiter des normes sociales du Sport.

Enfin, par cet accord majoritaire, la CFDT se réjouit de la capacité de la Branche du Sport de transposer au secteur en général, et au Sport professionnel en particulier, les dispositions législatives relatives au CDD Spécifique. Antérieurement, il en avait été de même pour les négociations propres au travail à temps partiel, à la formation professionnelle, à la complémentaire santé… Notre organisation prouve ainsi son attachement au développement de toutes les entreprises du Sport, permettant la création et la pérennisation des emplois. 

 

 

ORANGE - #CCUES N°10

#CCUES reprend la synthèse des positions CFDT tenues lors des séances plénières afin d'échanger avec les salariés sur des sujets au-delà de leur activité quotidienne. C'est également des points plus larges sur le fonctionnement de cette instance IRP, des informations sur les mandats des élus du personnel, etc... Il donne la parole aux élus CFDT au CCUES et dans ses commissions.

Au sommaire

  • Présentation des résultats du groupe au 1er semestre 2016
  • Stratégie OBS
  • Bilan Heures Supplémentaires/Complémentaires 2015
  • Bilan « temps partiels » de l’année 2015
  • CICE
  • Action logement