Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

La CFDT appelle les autorités tunisiennes à respecter la liberté de la presse

Par Administrateur - 20 septembre 2013

13CP23 Journalistes tunisiensCommuniqué de presse n°23 du 19 septembre 2013

La Fédération F3C CFDT et la CFDT Journalistes soutiennent la grève des journalistes tunisiens. Elles appellent les autorités tunisiennes à respecter la liberté de la presse et à cesser la répression.

De plus en plus de journalistes sont attaqués, incarcérés ou persécutés en Tunisie.
C'est le cas, par exemple, de Tahar Ben Hassine, journaliste et directeur de la chaîne Tunisienne "El Hiwar Ettounssi", qui a été arrêté pour répondre de l'accusation de complot contre l'État et incitation à la désobéissance civile suite à la plainte déposée par la présidence de la République.
C'est le cas de Mourad Meherzi cameraman d'Astrolab TV arrêté en août dernier pour avoir filmé un jet d'œuf sur le ministre de la Culture.
C'est encore très récemment le cas du journaliste et dirigeant syndical Zied El-Heni, convoqué par un juge d'instruction du tribunal de première instance de Tunis pour avoir déclaré l'existence d'une police parallèle…
Face à une situation où des procès, des menaces ou des limogeages se succèdent, et suite à l'incarcération récente de Zied El-Heni, une grève nationale des journalistes de Tunisie est appelée depuis le mardi 17 septembre par le SNJT, Syndicat national des journalistes tunisiens.
La fédération F3C-CFDT et la CFDT-Journalistes apportent leur soutien à la grève et à l'action menée par le SNJT. Elles appellent les autorités tunisiennes à respecter la liberté et de presse et à cesser la répression contraires à la déclaration universelle des Droits de l'Homme.

Télécharger le communiqué