Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

France Numérique 2020 : les contributions et le parti pris par la F3C CFDT sur la question

Par Administrateur - 30 septembre 2011

Suite à la consultation du gouvernement sur France Numérique 2020, la F3C CFDT prend parti sur le sujet et milite pour un investissement équilibré entre infrastructures, services et usages permettant des retours sur investissements tant financiers que sociétaux. L’investissement public doit permettre de construire des réseaux, mais il doit, pour ancrer l’emploi sur le territoire, construire aussi les usages qui permettront ces réseaux.

 

 

 

Les propositions de la F3C CFDT sur le numérique

Pour la F3C CFDT, la généralisation du numérique entraîne deux ruptures fondamentales dans les modes de consommation culturelle : elle se délinéarise et devient moins prescrite par les acteurs classiques. Ce double phénomène entraîne un bouleversement du financement de la Culture et de la Création. En effet, celui-ci est essentiellement assis, d’une part, sur les médias linéaires (financement de la création cinématographique par les chaînes de télévision hertziennes puis TNT, licence radio pour la musique…) et sur les blockbusters issus des prescriptions que l’on retrouve dans le modèle économique du livre et du cinéma. Sur la question des centrales numériques, nous nous positionnons très clairement en faveur de développement de clouds communautaires locaux, qui outre les aspects d’optimisation énergétique, ont l’immense avantage de permettre de réfléchir localement à la construction d’usages aux services des citoyens, des entreprises, des collectivités territoriales et des consommateurs. Enfin, pour la F3C CFDT, il faut s’atteler à reconstruire des régulations. Cela implique de sortir des solutions globalisantes. Par exemple, l’extension de la régulation du CSA du linéaire (Télévision TNT, radio…) vers le non-linéaire (SMAd, Internet…) n’est ni réaliste, ni souhaitable. La « licence globale » est un joli slogan, mais ses recettes ne financeront jamais la totalité de la création et elle interdit tout modèle payant. A l’inverse, il faut sortir du tout Hadopi qui a démontré ses limites et son inefficacité.

 

Réseau haut débit, gouvernance, emploi… les autres sujets fondamentaux pour la F3C CFDT

  • S’agissant du déploiement du réseau Haut et Très Haut Débit, la F3C CFDT se prononce pour limiter le montant d’investissements en faveur de la solution combinée. Cette dernière, doit reposer sur une combinaison des technologies fibre, 4G-LTE, satellite et montée en débit sur le réseau cuivre. Elle permettrait, aussi, d’offrir rapidement et dans un premier temps, le haut débit partout. De plus, le déploiement du réseau LTE-4G doit être considéré comme la solution pour satisfaire les nouveaux usages en situation de mobilité et en convergence avec le réseau fixe.
  • Sur les objets intelligents, nous proposons trois mesures pour contribuer au développement d’un internet ambiant et de réduire les émissions de CO2 du chauffage électrique.
  • Concernant la filière électronique, la F3C CFDT agit dans le Comité Stratégique de Filière afin d’attirer l’attention des décideurs sur la question de la survie et du développement de cette filière. Par ailleurs, le caractère stratégique du réseau et de ses composantes doit conduire le Comité Stratégique de la Filière à veiller à la dépendance vis-à-vis des fournisseurs extérieurs.
  • Sur la question de l’emploi, la F3C CFDT se positionne pour la construction d’outils permettant d’initier une GPEC de filière. Cela passe par un observatoire du numérique tripartite dont la principale tâche doit être de permettre une normalisation de données afin de mettre en regard les données issues des différentes branches (Observatoire, OPCA, CPNE, référentiel de CQP…).

 

Sur la gouvernance globale de l’écosystème, la généralisation du tout numérique impose de fusionner les régulateurs (Arcep, Csa, Anfr). Dans le même temps, il faut créer un lieu d’échange entre les acteurs de l’Internet, les Opérateurs de Télécom, le monde des services et celui de la création et de la culture. C’est pourquoi, nous proposons que le Comité Stratégique de la Filière Services et Technologies de l’Information et de la Communication soit étendu à l’ensemble du champ des contenus recouvrant ainsi peu ou prou le périmètre de préoccupation de la consultation France Numérique 2020.

 

« Dans un réseau mondial,

construisons localement des usages socialement utiles

pour ancrer l’emploi dans les territoires ».

 

Contact presse :

Ivan BERAUD – Secrétaire National F3C CFDT : 01 56 41 54 18 iberaud@f3c.cfdt.fr