Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Quand La Poste vous ôte le goût de vivre

Par Administrateur - 13 mars 2012

F3C CFDT - Communiqué n°11 - Paris le 12/03/12 à 15H00

La Poste : encore un suicide sur le lieu de travail, les dirigeants n’ont pas entendu les appels au secours de notre collègue

La CFDT ne manquera pas dès demain soir, à 17h30, de mettre le Président Bailly face à ses responsabilités.
Pour La CFDT, La Poste a rompu le contrat social en donnant à sa stratégie de réduction des coûts la primauté sur l’intérêt général des postier(e)s, sacrifiant ainsi son identité sur l’autel de la rentabilité.
Jean Paul Bailly est dans l’obligation d’adresser un message fort en direction des postier(e)s, comme il est dans l’obligation d’engager une refondation salvatrice du pacte social.
Sa responsabilité est grande tellement il a méjugé pour ne pas dire délibérément mésestimé les risques psychosociaux qui pèsent sur les postier(e)s.
La CFDT pointe particulièrement la méthode calamiteuse avec laquelle sont conduits les changements organisationnels de l’entreprise aujourd’hui.
A maintes occasions, la CFDT a fait jouer son droit d’alerte sans que le moindre crédit ne lui soit accordé.
Qu’ils soient fonctionnaires, salariés, hommes, femmes, jeunes ou plus âgés, cadres ou non cadres trop de postier(e)s sont victimes d’un "système" managérial qui ne les reconnait plus, qui ne les considère plus.

Le syndrome dépressif qui frappe à La Poste est d’une ampleur alarmante, La CFDT exige que La Poste mette son verbiage de côté et qu’elle passe aux actes !

Télécharger le communiqué de presse