Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Convention collective Production cinéma : la CFDT signe

Par Administrateur - 22 mars 2013

Relatée dans de nombreux articles de presse, le financement et les pratiques sociales font tribunes. Entre exil doré, passeport de complaisance et salaires mirobolants, le droit du travail s'immisce comme par effraction dans notre quotidien sans que le scénario ne fasse rêver personne. Mauvais scénario, étant bien vrai que cette famille du Cinéma n'a nulle habitude de perdre son temps à se pencher sur les réalités de ses soutiers, laissant dans l'indifférence profonde les plans sociaux fracasser le quotidien des travailleurs de l'ombre. La numérisation, les coûts de production, les délocalisations, les fermetures de laboratoire... autant de sujets qui fâchent et gâchent la devanture.

De quoi s'agit-il au juste ? De sujets au cœur de notre «vivre ensemble»: de droit social, de salaires, de conditions de travail... Il s'agit de construire des protections sociales contre l'anarchie. Construire une convention collective le plus sereinement du monde en 2013 par la rencontre, la négociation entre représentants d'employeurs et de salariés.

La CFDT s'engage dès l'origine de cette négociation à vouloir cette convention collective pour tous les salariés de la Production cinématographique. Toutes et tous doivent être concernés par cette «couverture» conventionnelle, sans abandon et renoncement. Dans cet esprit, nous négocions avec ceux qui souhaitent, hors de tout corporatisme et esprit catégoriel, ne laisser personne en situation de déshérence. Nous recherchons l'équilibre des points de vue, un compromis acceptable qui permette aux partenaires sociaux de bonne volonté (syndicats de producteurs et de salariés) d'apporter leur signature à l'Histoire et donc de faire respecter et appliquer ce compromis.

Nous voulons réaffirmer ici les fondamentaux de notre engagement au service des salariés administratifs, techniciens et artistes, sans distinction d'importance à l'écran y compris les figurants (artistes de complément) ; notre attachement sans faille aux films à petits budgets : ces tournages nombreux et divers sont le ferment de la production française, le creuset par lequel les talents peuvent et doivent pouvoir naître, le ferment sans lequel point de diversité ni de tentative artistique audacieuse. Voilà pourquoi la CFDT est engagée dans le combat de préservation de toutes les couleurs et formats de Cinéma.

C'est qu'il est question aussi de volume d'emploi, dans le respect des conditions de travail, de reconnaissance des qualifications et de leur rémunération, de construction de garanties pour tous. Voilà pourquoi, après tant d'années d'errance nous avons engagé le dialogue social. Avec tous ceux de bonne volonté qui travaillent à rendre possible, ce qui fait et ceux qui font notre Cinéma, à rendre possible toutes les productions et les tournages, du plus fragile au block buster, dans le respect de normes sociales librement consenties dans notre convention collective pour l'emploi.

La CFDT voulait une construction conventionnelle équilibrée visant à lutter contre les délocalisations de tournages et à apporter des droits à jamais acquis pour tous les travailleurs, permanents ou intermittents.

Voilà qui est fait.