Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Culture - Filière musicale : l'union fait la force

Par Administrateur - 21 novembre 2011

La crise qui perdure dans la filière musicale depuis plusieurs années a entraîné dans le secteur de l’Edition phonographique une baisse significative des permanents du secteur (plusieurs plans sociaux) représentant plus de 40 % des effectifs, une diminution de l’activité d’enregistrement et un moindre engagement pour le suivi des carrières d’artistes « émergents » ou confirmés (résiliation des contrats).

La mise en place d’un organisme qui puisse permettre de soutenir financièrement la filière, de maintenir voire développer l’emploi, est une bonne chose mais nous devons être vigilants, tant sur la mise en place de celui-ci (gouvernance) que sur la destination finale du financement supplémentaire accordé.

La F3C CFDT était favorable à la mise en place d’un Centre du spectacle vivant et de la musique enregistrée, ce qui devait permettre de respecter les équilibres nécessaires entre une industrie (l’Edition phonographique) et un secteur plus éclaté (Spectacle vivant).

La voie choisie, pour l’instant, par le président de la République, de créer un Centre national de la Musique, en oubliant les autres secteurs du Spectacle vivant, laisse poindre une volonté de préserver (ou de créer) des « pré-carrés » des uns et des autres au détriment de l’ensemble, qui, à nos yeux, n’est pas la bonne voie.

La situation actuelle nous oblige à recentrer notre branche professionnelle et même à la concentrer pour regrouper les moyens existants et à « inventer » d’autres ressources extrabudgétaires pour pérenniser les emplois ainsi que les structures.