Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

La F3C CFDT rend hommage à Roland Petit.

Par Administrateur - 21 septembre 2011

Depuis cet été, ce 10 juillet, le monde de la danse est en deuil : il vient de perdre l’un de ses plus grands serviteurs. À l'âge de 87 ans, des suites d'une leucémie foudroyante, Roland Petit nous quittait.

Nos pensées vont à son épouse Zizi Jeanmaire et à leur fille Valentine . Quant à l’hommage, il n’est que de remercier ce monument de la danse qui a réussi à réunir, en son temps, les créateurs les plus inventifs et de toutes les disciplines dans un dialogue foisonnant, de Léonor Fini à Jean Français de Jean Anouilh à Bernard Clavé, des Pink Floyd à Keith Haring, de David Hockney à Jean Cocteau…

En 1972, et à l’initiative de Gaston Defferre, Roland Petit crée les Ballets de Marseille. S’enchaîneront dès lors, durant 26 ans, de multiples succès et tournées autour du monde.

Le chorégraphe belge Frédéric Flamand, aujourd'hui directeur de la compagnie déclare : "Je vis dans l'endroit qu'il a rêvé (...). C'est un héritage dont on se sent responsable."

Par ailleurs, l'ayant souhaitée, dès son arrivée dans la ville phocéenne, défendue par Gaston Deferre encore et inaugurée en 1992, Roland Petit fonde l’école nationale de danse de Marseille, devant être, de l’avis des tutelles, l’intelligence d’une filière d’enseignement professionnel,  à l’image de l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris.

"L'école est un cadeau du ciel pour moi et pour tous ceux qui viendront après », disait-il en 1993. « Pour une raison artistique car elle permet de créer une homogénéité parmi les interprètes. Ensuite pour une raison politique car il est plus difficile de rayer de la carte une compagnie qu'une école. Une école remue du monde avec tous les parents d'élèves qui espèrent pour leurs enfants."

Aujourd’hui, espérons, en ces temps politiques et d’arbitrages si difficiles, que soit toujours d’actualité cette juste et honnête vision du maître en matière de qualité d’enseignement à visée professionnelle, au profit des danseurs et artistes interprètes ainsi qu’à l’avantage de toutes les compagnies d’Europe et plus largement encore.

Toujours dans la rubrique des adieux, nous devons déplorer le 4 août, de cet été, une autre disparition monumentale du monde de la danse, celle de Christiane VAUSSARD. Elle fut l’une des plus grandes pédagogues classiques du XXème siècle conjuguant école française aux classes de Mme Egorava après une très marquante carrière d’étoile à l’Opéra de Paris.