Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Le SMIC pour les SALARIES DE LA BRANCHE DES PRESTATAIRES : CE N’EST PLUS ACCEPTABLE !

Par Administrateur - 20 mars 2012

Au fil des années, la situation des salariés de la branche des prestataires, ne cesse de se dégrader :

  •   Plus de 70% des salariés : téléconseillers en centres d’appels, hôtes ou hôtesses d’accueil, animateurs des vente,… sont situés sur les premiers niveaux de l’échelle de classification.
  •   Les augmentations salariales « au ras des pâquerettes » négociées au sein de la branches scotchent littéralement les salariés de ces niveaux de classification au SMIC ou quelques centimes au dessus du SMIC.
  •   Les NAO dans les entreprises sont quant-à-elles, sensiblement du même niveau.
  •   Même les indemnités kilométriques, ou les taux repas sont victimes de véritables coupes sombres.

Parallèlement à cela, les conditions de travail se dégradent, les exigences vis-à-vis des salariés sont de plus en plus fortes, l’exercice des différents métiers exige des compétences de plus en plus pointues, de nouveaux modes de travail contraignants « flexibilité, modulation, annualisation » se développent. Les patrons de la branche, invoquent, pour justifier cette situation : la politique des donneurs d’ordre et des clients qui ne cessent de serrer le prix des contrats, et la concurrence très forte sur les secteurs. Afin de briser cette spirale infernale, la CFDT a revendiqué l’ouverture des négociations de branche dès le mois de mars. Nous avons élaboré des propositions salariales visant à donner un coup de pouce aux plus bas indices de rémunération, sans pour autant oublier une augmentation générale. Mais notre démarche est restée vaine, les patrons n’ont même pas daigné prendre connaissance de nos propositions. Ils ont rappelé et martelé qu’ils n’ouvriraient pas les négociations salariales avant juin. Face à ce véritable mépris pour les salariés du secteur, pour le dialogue social de la branche, la CFDT a pris la lourde décision de quitter la commission mixte paritaire, suivie par la CGT et la CFTC. FO et la CGC sont restés marquant ainsi leurs intérêts pour les salariés les plus modestes… Nous allonsmaintenant nous adresser sous forme de lettre ouverte au Ministère, afin de les alerter sur cette situation de rupture.