Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Séminaire UNI ICTS des centres d’appels région MENA
Tunis, 5 et 6 juillet 2017

Par F3C CFDT - 10 juillet 2017

Les 5 et 6 juillet, le syndicat mondial UNI Global Union organisait une réunion pour ses affiliés de la zone MENA en charge des travailleurs des centres de contact en Tunisie, Maroc, Algérie et Jordanie.

Le but de ce séminaire était d’examiner le travail syndical dans les centres de contact, le travail de UNI dans ce cadre et comment organiser la solidarité internationale. Comme beaucoup des flux du marché francophone traités à l’offshore le sont dans ces pays, UNI a invité ses affiliés Français, Belges et Canadiens à participer également à ce séminaire de travail. C’est dans ce cadre qu’étaient également présents le CSC pour la Belgique ainsi que la CGT-FSE et la CFDT-F3C pour la France.

Cette réunion a permis aux participants de débattre sur les problématiques propres aux métiers des centres de contact et d’exposer la situation sectorielle dans chacun des pays. De ces échanges il ressort que pour les syndicats de la zone MENA, le principal objectif à court et moyen terme est d’aboutir dans leur pays respectif à une convention collective permettant de fixer le champ de négociation propre aux centres de contact et définir un socle de garanties pour les travailleurs du secteur. Une part importante de leur travail syndical est consacrée à cet objectif et les attentes vis-à-vis de UNI sont très fortes en termes de soutien politique, méthodologique et en apport de formation pour leurs militants.

Pour la définition d’un socle de garanties pour les travailleurs des centres d’appels, la CFDT a proposé de reprendre un travail engagé il y a quelques années entre affiliés UNI de toutes les géographies pour fixer quelques-unes des revendications concernant les conditions de travail dans les centres d’appels (temps de pause, durée maximale d’une journée de travail, etc.). La semaine d’action sur les centres d’appels impulsée tous les ans par UNI en octobre, pourrait ainsi reprendre ces thématiques.

S’agissant de l’organisation de la solidarité internationale, tous les participants ont exprimé leur souhait de construire des Alliances syndicales pour mettre en réseau les syndicats de tous les pays d’une même multinationale et faciliter ainsi le partage d’informations et les solidarités syndicales.
Par ailleurs, UGTT (Tunisie) et UMT (Maroc) notamment - très implantés dans des entreprises dont les maisons mères sont des sociétés françaises - sont très demandeurs d’un soutien opérationnel appuyé de la part des syndicats français, tant pour partager de l’information concernant la stratégie des entreprises que pour résoudre certaines difficultés qui ne trouvent pas d’issue au niveau des directions locales.

La CFDT s’est déclarée prête à répondre favorablement autant que possible aux demandes relayées par UNI visant à intervenir auprès des directions générales de ces entreprises françaises. Nous avons par ailleurs rappelé notre attachement à poursuivre la structuration d’Alliances syndicales comme une étape et un moyen visant aussi à obtenir la création d’instances conventionnelles de dialogue social au sein de ces multinationales.

Au terme de ces deux journées riches en échanges, de nombreux contacts ont été pris laissant présager des coopérations intéressantes.