Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Contrat social, sauvegarde de l’emploi : 30 000 emplois en jeu à France Télécom Orange d’ici 2020

Par Administrateur - 05 octobre 2012

F3C CFDT - Communiqué n°35 - Paris, le 04/10/12 à 21h 

Contrat social, sauvegarde de l’emploi : 30 000 emplois en jeu à France Télécom Orange d’ici 2020.

Stéphane Richard a présenté aux organisations syndicales les perspectives d’emploi pour France Télécom Orange dont la question de l’emploi des jeunes.

Ses annonces s’inscrivent dans un double contexte :

- un secteur des télécommunications bouleversé/altéré/ravagé/saccagé/déstabilisé/fragilisé par la politique du précédent gouvernement qui a facilité l’arrivée du 4ème opérateur mobile, sans en mesurer les impacts sociaux. Ce même gouvernement a pressuré fiscalement le secteur, le transformant en vache à lait, et plus singulièrement l’entreprise dont il était pourtant le premier actionnaire. Enfin, il n’a pas hésité à imposer le versement durable d’un dividende démesuré pour financer les interventions (investissements ?) du FSI et boucler ses propres fins de mois.

- un nouveau gouvernement que la CFDT a rencontré, par l’intermédiaire de la ministre Fleur Pellerin, pour l’alerter sur la situation et présenter nos propositions en matière d’économie numérique. Maintenant a-t-elle pris en compte nos propositions ? Si le projet de la séparation des réseaux et des services semblait écarté, rien ne semble acquis et nous attendons des réponses concrètes sur de nombreuses questions. 

Avec la baisse du chiffre d’affaire prévisible, la recherche de gains de productivité à tout prix risque de revenir au grand galop. Les Cost-Killers proposeront à nouveau leurs recettes à coup de décisions descendantes en total décalage avec les réalités diverses de cette grande entreprise où coexiste une grande variété de métiers et de compétences répartie sur l’ensemble du territoire. Les mêmes causes conduiront aux mêmes effets ! 

Après bientôt 2 années marquées par des accords sociaux novateurs et la reprise d’une politique de recrutement, les déclarations de l’entreprise en matière d’emploi constituent un retour préoccupant à deux décennies de fonte des effectifs (plus de moitié), même s’il n’y a eu aucun licenciement sec. Avec les 30 000 départs programmés d’ici 2020, la question de l’emploi et de la transmission des savoirs et des compétences devient une urgence stratégique, économique et sociale. La CFDT ne saurait accepter une nouvelle saignée.

La mise en place du contrat de génération à France Télécom Orange, associée à la prolongation et l’amélioration des dispositifs de fin de carrière aménagée correspond à une revendication majeure de la CFDT. Il peut permettre d’aborder directement la question de la transmission des savoirs et des compétences. Cela n’aura de sens qu’à deux conditions :

-   d’une part la mise en œuvre d’une véritable gestion anticipée des compétences dans les territoires en relation avec les ressources humaines mais avec de réels leviers d’action décentralisés pour les cadres et managers et les représentants locaux du personnel.

-   d’autre part de vraies possibilités pour les jeunes en alternance de connaître un véritable parcours professionnel dans l’entreprise.

Sur ces deux points la CFDT ne lâchera rien de ses exigences et revendique de nouveaux résultats par la négociation.

Avec ces 30000 départs naturels d’ici 2020, ce sont presque 30 % des effectifs de la branche des télécommunications qui disparaitront. Le montant dédié aux dividendes va faire l’objet de nouveaux débats dans les semaines qui viennent tant au sein des instances de gouvernance de l’entreprise qu’à l’occasion du débat budgétaire au Parlement. Aussi, il appartiendra à l’Etat - premier actionnaire de l’entreprise - d’agir concrètement pour assurer l’avenir et dégager les nuages noirs qui se profilent sur le secteur des télécom.

L’ensemble des fédérations syndicales de la branche des télécoms se réunira le 15 octobre au siège de la CFDT pour aborder la situation du secteur et discuter des initiatives qui pourront être prises sur la question de l’emploi.

Téléchargez le communiqué de presse