Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Deutsche Telekom-France Télécom/Orange: Renforcer la responsabilité sociale

Par Administrateur - 16 mai 2011

Avec l’annonce de la création d’une société commune, regroupant les principaux achats (terminaux de réseaux, services télécoms et informatiques), le Memorandum of Understanding, signé entre Deutsche Telekom et FT-Orange en octobre 2010, débouche sur une première concrétisation opérationnelle.

Télécharger 11CP23 Deutsche Telekom_France Telecom Orange Renforcer la responsabilité sociale.pdf (324Kb)
 

Dans un marché mondialisé et dans le contexte économique mondial actuel, ce projet représente, au-delà de l’intérêt économique des deux partenaires, un enjeu stratégique européen majeur. Il doit bénéficier, en effet, de l’approche synergique allemande dans le domaine des relations entre industriels, fournisseurs et opérateurs pour produire des résultats plus attractifs que l’approche dispersée des entreprises françaises.

Cependant, la CFDT ne peut que constater que les marchés financiers ne sont guère sensibles aux questions de stratégie industrielle, à moyen et long terme pourtant essentielles dans les télécommunications… et pour l’emploi.

Ainsi, la place de la représentation des salariés dans la nouvelle entreprise sont en question, car il s'agit d'innover y compris en matière de représentation transnationale dans les deux comités d'entreprises européens en place à Orange comme à Deutsche Télékom. La CFDT sera, par conséquent, très attentive à la manière dont France Télécom-Orange répondra à sa Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE) dans ce projet. Ainsi, Cette co-entreprise ne doit donc pas :

  • Conduire à une remise en cause, même partielle, de l’accord mondial de respect des droits humains, signé avec le syndicat mondial UNI et des engagements pris par l’opérateur français notamment dans ses rapports avec ses fournisseurs et ses sous-traitants,
  • Se traduire par un recul social tant pour les salariés originaires de France Télécom-Orange que de Deutsche Telekom, même si la question du volontariat et du droit au retour dans la société d’origine semble acté dans les principes.