Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

France Télécom - Assemblée Générale des Actionnaires : la CFDT pointe la responsabilité de l’Etat actionnaire

Par Administrateur - 07 juin 2011

Le surcroît de rentabilité demandé à France Télécom (+ 5 % par an) et l’engagement du maintien d’un dividende à 1.40 € sur trois ans n’ont pas de sens financier, économique et humain. La CFDT pointe la responsabilité de l’Etat, actionnaire principal (27 % du capital), totalement engagée par ces décisions qui ne sont pas sans conséquences sur le management et la gestion des ressources humaines dans l’entreprise.

Le groupe France Télécom a largement les moyens de relever ses défis sociaux, économiques et financiers, mais ils ne doivent pas être freinés par des engagements et une politique de dividende inadaptés.

Alors que 45% du cash flow est distribué sous forme de rente sans pour autant conforter le cours de l'action, les crises sociales qui traversent les grandes entreprises comme France Télécom montrent que les dérives financières du capitalisme peuvent être responsables de désastres économiques et sociaux, mais aussi de drames humains. Le dernier suicide à France Télécom (fin avril 2011), admis aujourd’hui comme un accident de service, a été vécu comme un immense gâchis, montrant aussi que la page n’est pas tournée. Pour la CFDT, l’amélioration de la qualité, la satisfaction des utilisateurs et l’atteinte des objectifs ne pourront se faire sans que les salariés, par leur bien-être retrouvé au travail, y contribuent. Les décisions de l’Etat actionnaire ne doivent pas venir entraver le développement.

C’est également dans ce contexte que la CFDT dénonce la "rentabilité excessive" demandée à l’entreprise de 5% de plus par an, alors que la morosité persistante de l’environnement économique européen et la mutation des modèles industriels de la filière STIC (Services et Technologies de l'Information et de la Communication) bousculent les résultats et l’écosystème de France Télécom, les investissements et l’innovation sont des leviers pour accompagner la croissance du groupe. Des investissements importants sont nécessaires autant pour accompagner la politique ambitieuse de croissance externe de Conquête 2015, que pour celle des technologies actuelles (3G, ADSL+, Giga Ethernet). Ils le sont également pour le développement des réseaux haut-débit (VDSL, FTTH et réseau mobile de 4ème génération) ou celui des contenus et des services, avec une amélioration constante de la qualité de service perçue par le client.

L’innovation est aussi un vecteur pour accompagner les évolutions dans les secteurs de croissance comme la santé notamment.

Ils le sont également pour le développement des réseaux haut-débit (VDSL, FTTH et réseau mobile de 4ème génération) ou celui des contenus et des services, avec une amélioration constante de la qualité de service perçue par le client. L’innovation est aussi un vecteur pour accompagner les évolutions dans les secteurs de croissance comme la santé notamment.