Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

#Justice4Altice
Comme la F3C CFDT, soutenez les travailleurs d'Altice en République Dominicaine !

Par F3C CFDT - 05 février 2018

Altice, un géant des télécoms, viole les droits humains des travailleurs et défie une décision gouvernemantale en République Dominicaine. Nous demandons à Altice de cesser immédiatement de s'attaquer aux travailleurs et à leur syndicat.

Altice licencie une dirigeante syndicale et ignore la décision de réintégration ordonnée par les autorités dominicaines.

L’entreprise a injustement licencié la dirigeante syndicale élue, Celia Santana, et a refusé de la réengager malgré l’ordre qui lui en était estimé par le Ministère dominicain du travail.

Menace d’emprisonnement proférée par Altice à l’égard de syndicalistes.

Altice menace également le Secrétaire Général de son syndicat dominicain, SintrAltice, d’emprisonnement, pouvant aller jusqu’à deux ans, pour un motif absurde. L’entreprise prétend que le nom du syndicat viole la propriété intellectuelle – alors même que les syndicats dominicains incluent d’habitude le nom de leur employeur parce qu’il s’agit souvent de syndicats d’entreprise.

Nous considérons que l’action pénale contre SintrAltice est sans précédent tant en République Dominicaine qu’ailleurs, pour un syndicat d’entreprise.

La Direction mondiale d’Altice doit intervenir immédiatement.

UNI Global Union a écrit au fondateur de l’entreprise, Patrick Drahi ainsi qu’au Directeur des ressources humaines mondiales, en les informant de l’attitude inacceptable de la Direction dominicaine, mais les dirigeants de l’entreprise ont refusé d’intervenir.

DITES À ALTICE QUE LES DROITS HUMAINS SONT MONDIAUX ET DITES-LUI DE CESSER DE VIOLER LE DROIT DES TRAVAILLEURS DOMINICAINS À AVOIR UN SYNDICAT SANS CRAINTE D’ÊTRE INTIMIDÉS OU DE SUBIR DES REPRÉSAILLES.

Pour de plus amples informations et pour voir tous les documents disponibles, allez sur :

http://bit.ly/JusticeAltice