Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Minima de Branche Telecom

Par Administrateur - 13 février 2012

Les négociations sur les minima salariaux de branche se sont terminées le jeudi 26 janvier. La CFDT est signataire de l’accord ainsi que la CFTC et FO. Qu’avons-nous obtenu ? Une augmentation générale de 2,5 % pour tous les groupes de classification qui permet de maintenir un écart entre le minima premier niveau de la bande A avec le SMIC. Pour les cadres premier niveau bande E : une augmentation des minima de 3% afin de commencer à réduire l’écart avec le plafond de la sécurité sociale qui tendait à se creuser d’année en année. Concernant l’égalité salariale femmes/hommes nous sommes enfin parvenus à être entendus par la partie patronale qui inscrit dans l’accord que les entreprises qui n’auraient pas mis en place un plan d’action visant les rémunérations dans le cadre de la loi du 9 novembre 2010, devront le faire et devront au cours de l’année 2012 :

  • Effectuer une analyse comparative des rémunérations femmes/hommes au moins par famille de métiers et par groupe de classification de la CCNT.
  • Prévoir une enveloppe de rattrapage si des écarts inexpliqués sont constatés.
  • Modifier les modalités de détermination des éléments de rémunération et de gestion de carrière qui seraient discriminatoires.

Ces éléments constituent des outils à utiliser au sein des entreprises si on veut arriver à l’égalité salariale qui devrait pourtant être la norme. Enfin, suite aux dérives que nous avions constatées avec les parts variables inclues dans les minima de branche, l’UNETEL-RST a accepté de faire un pas en écrivant dans l’accord qu’une régularisation salariale doit être faite au bout de six mois et non au bout d’un an comme c’était le cas auparavant. La signature de cet accord aura un effet immédiat sur tous les apprentis de la branche et les salariés en période de professionnalisation ou contrats de professionnalisation dont les rémunérations sont basées sur les minima et évite la crainte d’une année blanche en ces périodes économiques difficiles.