Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Nous ne pouvons pas nous satisfaire d'une vision passéiste et fragmentée du Numérique

Par Administrateur - 27 septembre 2012

Si nous voulions comparer le réseau internet avec le réseau routier, tout se passe comme si le gouvernement s'apprêtait à financer la construction d'autoroutes avec du goudron chinois pour y faire rouler des voitures américaines polluantes, sans prévoir de stations services et sans se préoccuper des points du territoire reliés ou du maillage du réseau.

Déclaration de la F3C CFDT et de la FGMM CFDT au Comité Stratégique de la Filière Numérique :

Suite aux plans sociaux annoncés chez plusieurs opérateurs de télécoms en raison de la modification du contexte économique faisant suite à la décision du régulateur (Arcep) d'ouvrir un 4ème réseau de téléphonie mobile, le gouvernement, à la demande de la CFDT, avait annoncé une concertation sur le secteur des télécoms qui s’achèverait par une consultation du Comité Stratégique de Filière et du Conseil National de la Consommation à la fin de l'été.

Face à la mutation très rapide des modèles économiques du secteur et de l'évolution de l'écosystème, la CFDT a fait des propositions extrêmement concrètes, cadencées dans le temps et embrassant l'ensemble de la Filière.
 
Alors que l'évolution du secteur avec la montée en puissance des opérateurs d'usage (recouverte en partie par la notion d'opérateur « Over The Top ») et l'imbrication grandissante entre biens, services et systèmes d'information exigent une vision et une régulation globale de l'écosystème, le gouvernement, les opérateurs et les industriels restent sur une vision passéiste et segmentée du Numérique. La diffusion du Numérique dans l'ensemble de l'économie exige une vision globale et novatrice.
 
A court terme le secteur a besoin de mesures d'urgence sur l'emploi et sur les services clients, à moyen terme d'une rénovation de la régulation et, à long terme, d’investissements qui articulent infrastructure, services et usages ainsi qu'une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.
 
Il faut lier la relation entre donneurs d'ordres et les fournisseurs avec la responsabilité sociale et économique des entreprises, face à un double dumping social et économique.
Les problèmes de souveraineté liés à la sécurité des réseaux et des données doivent aussi être traités.  
 
Des questions comme le financement de la création culturelle, le principe du pays de consommation pour appliquer la fiscalité et la parafiscalité ne peuvent rester en dehors de nos préoccupations.
 
La F3C et la FGMM CFDT ne peuvent se contenter d'une consultation sur la bande des 1800 Mhz et sur le subventionnement des terminaux mobiles. Le Comité Stratégique de la Filière Numérique a fait des propositions sur la diffusion des usages, sur les infrastructures, sur l'emploi. Le gouvernement, les opérateurs et les industriels doivent s'en saisir.
 
Pour finir, nous souhaitons illustrer la situation par une image : si nous voulions comparer le réseau internet avec le réseau routier, tout se passe comme si le gouvernement s'apprêtait à financer la construction d'autoroutes avec du goudron chinois pour y faire rouler des voitures américaines polluantes, sans prévoir de stations services et sans se préoccuper des points du territoire reliés ou du maillage du réseau.