Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Orange FT - AG des actionnaires : pas de changement pour le dividende

Par Administrateur - 06 juin 2012

F3C CFDT - Communiqué n° 25 - Paris, le 06/06/2012 à 17h00

Si le changement pour le dividende n’est pas pour maintenant, la question de l’écosystème numérique demeure !

L’Assemblée Générale des actionnaires de France Télécom - Orange s’est tenue hier, mardi 5 juin.

Cette Assemblée Générale s’est déroulée dans un contexte particulier : les incertitudes liées aux difficultés annoncées dans le secteur des Télécoms, avec notamment les conditions de l’arrivée du 4ème opérateur mobile, n’ont pas ébranlé le Conseil d’Administration de France Télécom qui propose d’assurer un rendement de 14 % à l’action de l’entreprise.
Pourtant, pour la première fois, une résolution présentée par le Fonds Épargne Actions regroupant les salariés actionnaires (et présidé par Thierry Mouton délégué CFDT à Equant France), proposait une fixation du montant du dividende à 1 euro au lieu de 1,40 euros.
Cette Assemblée Générale se tient aussi sous la pression exercée par des proxy advisor comme par l’Association Française de la Gestion financière remettant en cause notamment la distribution d’actions gratuites aux salariés de l’entreprise. Nous regrettons que le Conseil d’Administration et son actionnaire de référence en l’occurrence l’État semblent plus à l’écoute de ces agences que des représentants des salariés en retirant la résolution sur la distribution d’actions gratuites même si la portée d’une telle résolution reste limitée.

Sur la question du dividende la position des représentants de l’État et donc du nouveau gouvernement était très attendue.

Le choix de la rentabilité financière contre l’investissement productif a donc été acté. Il est à craindre que le Ministre en charge de la tutelle du secteur (qui s’était déclaré en son temps favorable à l’arrivée d’un 4ème opérateur mobile) doive faire dans les semaines qui viennent le tour de France des suppressions d’emplois de notre secteur. Ces dernières commencent à intervenir et pourraient s’accélérer dans les centres d’appels notamment.

Pour autant la question de la gouvernance de l’économie numérique est aujourd’hui posée. Dans un secteur divisé entre 3 Ministères, autant de régulateurs, un Comité de Filière et un Comité National du Numérique, nous attendons de la part du gouvernement une remise à plat et une nouvelle donne qui passe notamment par la fusion des régulateurs (ARCEP, ANFR, CSA) et par une remise à plat de la fiscalité du secteur, … afin que l’investissement, et l’innovation soient des éléments clés pour une relance de la croissance et de l’emploi dont l’économie numérique est un levier essentiel.

Télécharger le communiqué