Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Orange FT - Dividende aux actionnaires, emploi, gouvernance du numérique

Par Administrateur - 04 juin 2012

F3C CFDT - Communiqué n° 24 - Paris, le 04/06/2012 à 17h00

Enjeux de financement et de l’emploi dans l’ensemble du secteur des Télécoms, gouvernance de l’économie numérique : la CFDT se mobilise

A la veille de l’Assemblée Générale des actionnaires de France Télécom Orange, la F3C CFDT s’est mobilisée ce lundi 4 juin 2012 sur les questions des enjeux de financement et de l’emploi dans l’ensemble du secteur des télécoms & prestataires, ainsi sur la gouvernance de l’économie numérique.

Une centaine de militants s’est rassemblée aujourd’hui sur le parvis de Bercy (devant le siège des trois Ministères : Budget, Économie Numérique et Redressement Productif) pour interpeller l’État sur son rôle et sa responsabilité :

  • Actionnaire principal de France Télécom Orange (opérateur historique et acteur majeur dans les Télécoms en France), l'État est responsable de la stratégie de cette entreprise, du bon équilibre entre la rémunération des actionnaires et l'investissement dans le domaine de l'économie numérique, l'emploi au sein de l'entreprise, mais également chez les prestataires, ...
  • Mais l'État est également et plus globalement responsable d'une politique « industrielle » cohérente et ambitieuse, qui n'affaiblirait plus les acteurs français du secteurs des Télécoms (comme c'est le cas ces dernières années), mais au contraire les conforterait dans un rôle majeur en France et en Europe.

Notre pays doit relever des défis pour les générations de demain et pour notre économie globale. Nous ne pouvons sacrifier le futur à la seule rentabilité immédiate pour les finances de l’État.

La CFDT sera présente « syndicalement » à l’Assemblée Générale, demain mardi 5 juin (devant le site Porte Maillot), mais comme chaque année et en cohérence avec nos différents positionnements des années précédentes (relayés également à plusieurs reprises par François CHEREQUE), nous considérons qu'il était nécessaire d'interpeller à nouveau le premier de ces actionnaires, l'État, sur la question de la gouvernance de l’ensemble du secteur des Télécoms et de l’économie numérique.

Télécharger le communiqué