Aller au menu Aller au contenu
CFDT F3C :

Résultats annuels 2010 : France Télécom au coeur du lien entre le social et l'économique

Par Administrateur - 25 février 2011

La publication des résultats pour le groupe Orange France Télécom intervient au moment où Didier LOMBARD abandonne son poste de président.

La publication des résultats pour le groupe Orange France Télécom intervient au moment où Didier LOMBARD abandonne son poste de président.

Pour la CFDT, ce départ est un signe nécessaire au regard des responsabilités portées par Didier LOMBARD avec des choix et des modes de management qui ont conduit à une crise sociale et sociétale sans précédent. Mais il serait inconcevable que Didier LOMBARD bénéficie d’aménagement de fin de carrière, ou d’accompagnement financier à son départ en décalage avec ses résultats de gouvernance sociale de l’entreprise.

Les changements opérés à France Télécom ont permis d’apaiser le climat social, contribuant directement à la mobilisation des salariés pour réaliser les résultats positifs du groupe, particulièrement pour le 4ème trimestre 2010. Ces résultats démontrent que, l’hyper pression des salariés n’était pas une réponse à la réussite de la performance de l’entreprise ! Maintenant, les salariés doivent en avoir un retour direct qui ne saurait se limiter à la seule distribution d’actions gratuites, mais par des mesures salariales générales et se concrétiser par un intéressement exceptionnel.

La CFDT se satisfait également de la réalisation des objectifs d’investissement et des annonces récentes relatives au très haut débit. Toutefois, force est de constater que dans les prochaines années des investissements colossaux devront être réalisés dans les réseaux au regard de l’explosion de la transmission des données et des réseaux sociaux. La politique du dividende ne doit pas compromettre cet enjeu.

Au delà de ces bons résultats commerciaux, l'entreprise France Télécom doit aussi se donner les moyens de confirmer ses ambitions pour l’emploi et l’insertion de jeunes recrutés (10 000 embauches sur 3 ans, dont 1 200 embauches en CDI chaque année prévues dans l’accord Insertion Jeunes qui sera signé par la CFDT le 28 février).
Il reste également encore une urgence pour Stéphane RICHARD (qui deviendra donc Président et DG de France Telecom le 1er mars prochain), c'est de permettre enfin l'aboutissement de nouveaux modes d'organisation dans l'entreprise tel que prévu dans les accords signés par la CFDT l'an passé à la sortie de la crise sociale.